Et si ce n'était pas une répétition générale ? | lesunderargument.com

Et si ce n'était pas une répétition générale ?

Et si ce n'était pas une répétition générale ? | lesunderargument.com

Par Alexx

Et si ce n'était qu'un jour à la fois, le plan échelonné de la vie se déroulant et se révélant. Un clin d'oeil coquin, un battement de paupières, une suggestion séduisante de l'excitation de ce que la vie a à m'offrir.

Découvrir que j'avais une tumeur au cerveau à 31 ans, perdant la capacité de parler. Ce n'était pas le plan.

Me faire opérer un an plus tard et apprendre de nouveaux mots pour décrire mon corps ; de longs mots cliniques qui donnaient à mon corps un son défectueux, malade, faux, différent, ce n'était pas non plus dans le script.

Étant en convalescence continue, j'ai complètement oublié que j'étais plus que des points de suture et des cicatrices. Tumeurs, tests et larmes. Ce qu'est mon corps, personne ne peut le dire. C'est fort - bien plus fort que moi ou que n'importe qui peut le croire.

La cicatrice de ma chirurgie cérébrale repose sur mon ventre - oui, vous avez bien lu. La graisse que j'avais passé des années à rejeter, à humilier, à abuser, a été utilisée dans l'opération pour me maintenir en vie. Alors, je l'appelle ma section B : B pour cerveau, B pour bravoure, mais aussi B pour beauté.

Je suis une femme. Ma sexualité n'est pas clinique. J'ai des envies, j'ai un coeur, un amour à partager, un sourire à donner, un corps à toucher, une chaleur persistante sur le bout des lèvres jusqu'au bout des doigts, une force à partager. Une étreinte à tenir et à être tenue. Mon corps, ce corps, eh bien la vie, espèce de grand flirt - tu m'as prise dans tes filets.