Je ne suis pas mes cheveux (corps). Ou suis-je? | lesunderargument.com

Je ne suis pas mes cheveux (corps). Ou suis-je?

Je ne suis pas mes cheveux (corps). Ou suis-je? | lesunderargument.com

Par Maïna Cissé

Début décembre 2018, j'ai lancé un anti-casting sur Instagram pour the underargument. La marque étant axée sur l'authenticité et embrassant l'individualité, le casting a sélectionné des modèles en fonction d'une histoire qu'ils devaient partager sur le thème de l'anti-perfectionnisme plutôt que sur leurs attributs physiques.

Lorsque Lily m'a envoyé un message pour figurer dans le tournage anti-casting, elle a dit: "Je peux vous écrire une histoire sur le perfectionnisme et la pilosité corporelle si vous avez envie de photographier un modèle avec les jambes non rasées ??". A quoi j'ai répondu : "bien sûr, au plaisir de vous lire".

 


J'ai dit "Bien sûr", pourtant j'ai recadré cette image. Je me suis donné toutes les justifications dans le livre pour lesquelles je ne voulais pas utiliser le plan complet, que je trouve en fait magnifique. j'aime comment Manon Ouimet encadré, j'aime aussi la forme du corps de Lily. Je me suis dit que je l'avais recadré car il ne correspondait pas à l'image de ma marque. Je me suis dit que c'était "trop ​​distrayant" (alors que c'était le point réel de son histoire). La réalité est que j'ai toujours été mal à l'aise avec les poils, alors j'ai projeté mon inconfort.

Quelle que soit la (mauvaise) justification, il ne semblait pas juste de publier une version modifiée de l'image. J'ai donc posté à la fois le cadre complet et le recadrage. Par appréciation du beau cliché capturé par Manon Ouimet, par respect pour le corps de Lily et pour souligner le gaspillage de conscience auquel les réseaux sociaux sont parfois propices. Pourquoi trop penser à montrer la réalité au reste du monde et à présenter le vrai nous avec lequel nous sommes réellement à l'aise ? Je suppose que c'est la peur des commentaires négatifs et la peur que notre réalité ne soit pas assez bonne.

Lily – comme les autres femmes qui ont participé à ce tournage – a eu le courage de se déshabiller à un niveau avec lequel la plupart d'entre nous ne se sentent pas à l'aise (moi inclus !). Je sais qu'à l'époque où nous vivons, se déshabiller pour l'amour virtuel semble monnaie courante. C'est peut-être pour certains, mais pas pour les femmes qui suivent ma marque. Lily s'est déshabillée non seulement physiquement, mais s'est également permise d'être vulnérable en partageant sincèrement son histoire et ses pensées. La vérité est que, peu importe ce que je ressens, elle n'a pas à me plaire ni à personne d'autre qu'elle-même. Elle n'offense personne. La façon dont certains d'entre nous peuvent ressentir un corps naturel nous concerne. Elle n'a pas besoin de notre avis.

C'était un coup important pour moi car j'ai conçu les sous-vêtements qu'elle porte. Et je l'ai fait, je dois l'admettre, sans penser à la façon dont les femmes qui ne coupent pas, ne se rasent pas, ne s'épilent pas, ne font pas de laser ou quoi que ce soit d'autre que nous nous imposions pour une peau lisse et glabre. J'avais des gens comme moi en tête et pour une marque inclusive, ce n'est pas suffisant.

Lily et moi avons eu une conversation sur les cheveux et comment elle avait l'impression qu'il n'y avait aucune représentation de femmes non rasées autour d'elle en grandissant. C'est pourquoi cette photo devait exister en quelque sorte, même "cachée" derrière un recadrage avec lequel je me sentais plus à l'aise et même si c'est un peu lâche (la collection ne s'appelle pas // Contre la perfection pour rien et il y a une raison pour laquelle J'appelle ce que je fais de la lingerie thérapeutique !).

Lily et moi avons discuté de la question de savoir si je devais ou non créer des styles plus couvrants. Il s'avère que pour elle, cela n'a pas d'importance « c'était en fait extrêmement libérateur d'être photographiée dans vos culottes montantes et de ne pas vous soucier de savoir si elles ont rencontré ma racine des cheveux ou non ! C'était audacieux ! […] J'aime la forme [des shorts hipster] mais il peut être difficile de trouver des shorts qui ne vous remontent pas les fesses lorsque vous bougez […] Je porterai totalement la culotte du shooting et j'étais contente d'être photographiée en eux!".

Ce que je vais faire de cette information, je ne le sais pas encore. Je ne sais pas comment cela pourrait façonner mes collections à l'avenir. Je ne sais pas si je vais juste m'asseoir confortablement, j'ai eu le feu vert d'une femme pour garder mes gammes telles qu'elles sont actuellement. Ce que je sais, c'est que les vêtements sont faits pour s'adapter autour de vous, pas vous à l'intérieur. Donc, avec la mode comme avec le reste de votre vie, n'essayez pas d'être parfait, soyez simplement vous-même génial de la manière dont vous êtes le plus à l'aise et le plus heureux.