La féminité (re)définie | lesunderargument.com

La féminité (re)définie

La féminité (re)définie | lesunderargument.com

Par Genesia

Depuis que je me suis rasé la tête, j'ai trouvé des moments où je ne me sentais vraiment pas féminine. J'ai arrêté de me raser et cela me faisait parfois aussi sentir peu féminine. J'ai réalisé (et je réalise toujours) que la féminité n'est pas définie par mon apparence ou mon comportement et qu'être une femme ne peut pas être enfermé. 

Mon corps n'est pas conventionnel. Mes hanches plongent aux « mauvais endroits ». Je suis une Indienne sans cheveux.

En grandissant, j'ai été entouré de femmes, fortes, fortes, féroces. Donc, pour moi, l'image de la féminité est quelqu'un qui ne s'excuse pas, quelqu'un qui crie pour ce en quoi il croit.

Il y a tellement de choses en moi qui ne sont pas socialement normales. Mais depuis que j'ai remarqué et commencé à aimer ces parties de moi, j'ai commencé à me sentir plus féminine. 

L'idée d'être une femme et de devoir être plus petite et plus calme, d'être plus mince et de « bien paraître » est quelque chose que je n'ai jamais vu chez les gens autour de moi, je ne l'ai vu que dans les médias. Cela n'a pas aidé à ma confiance en moi, mais cela signifie que lorsque j'imagine la féminité, je la vois sous toutes ses formes et je vois le pouvoir qui va avec. 

En tant qu'acteur, la pression médiatique est encore quelque chose avec laquelle je lutte parfois. Avoir une taille 18, être marron, avoir une coupe buzz, ce ne sont pas des choses que j'ai beaucoup vues en grandissant. Donc, pour moi, plus je joue, sur scène et à l'écran, plus je donne un visage différent et plus inclusif à la féminité dans l'industrie.